Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Avis


De verdun, le 9 juillet à 20:06
Note du film : 4/6

Les films réalisés par Jean Girault sans De Funès ne valent en général pas grand chose. Surtout si on les compare à l'excellent Jo.

Mais Le permis de conduire est une jolie exception à la règle. C'est un divertissement bien mené, bien joué par Louis Velle et une pléiade de seconds rôles. C'est populaire mais dépourvu de vulgarité. La France de 1973 a beau être très différente de celle de 2019, de nombreux constats opérés par le scénario restent pertinents de nos jours. Ainsi l'éloignement croissant entre domicile et lieu de travail qui pousse le personnage principal à passer Le permis de conduire.

Louis Velle et Jean Girault ont tourné ensemble deux autres films totalement oubliés de nos jours: L'intrépide et Les murs ont des oreilles.


Répondre

De Nadine Mouk, le 9 juillet à 09:24
Note du film : 4/6

Dans les années de liberté 70, sont sortis dans ces cinémas de quartiers que je n'ai pas eu l'heur de connaitre étant de l'époque des complexes cinématographiques braillards et inhumains, une flopée de films légers comme le vent de l'époque. On peut citer Elle court, elle court la banlieue, L'Événement le plus important depuis que l'homme a marché sur la Lune , La Valise , La Raison du plus fou , Pleure pas la bouche pleine , Les zozos, Mais où est donc passée la septième compagnie ?, Le Concierge , À nous les petites Anglaises pour n'évoquer que les plus célèbres . Et s il y a un acteur qui, à cette époque, avait le vent en poupe, c'est bien le très charmant Louis Velle. Enfin reconnu par ses pairs et par le public à travers la légendaire Demoiselle d'Avignon. Jean Girault, à l'affût, s'empara du bonhomme et lui fit tourner trois films à la suite, dont ce fameux Permis de conduire . Fameux dans le sens ou il rencontra un beau succès d'estime, toujours centré sur l'acteur bien plus que sur l'histoire elle même . C'est que Monsieur de Fonsalette avait beaucoup marqué les mémoires …

L'histoire ? Du cinéma de "boulevard" avec tous les quiproquos nécessaires, une kyrielle d'acteurs les plus familiers du moment qui accompagnent ce bel employé de banque qui n'arrive pas à obtenir son permis pour aller travailler en périphérie Parisienne ou le contraire, et à qui il arrive toutes les aventures du monde. C'est assez drôle, pour le moins fort sympathique. D'aucuns prétendront que ce n'est pas du cinéma sérieux et ils auront raison. Mais nous avons besoin de ce cinoche aussi . C'est un cinéma d'été… Un cinéma qui nous refile la nostalgie d'une époque que, pour beaucoup, nous n'avons pas connu. Il est bon de voir aucune voiture se ressembler . Il est bon de voir qu'à cette époque, les inspecteurs du Permis de conduire donnait de suite le résultat à la fin de l'examen alors qu'aujourd'hui, il nous est envoyé par la poste pour éviter tout acte de violence envers l'examinateur. Il est bon de voir que rien n'était sérieux, que les trains ne roulaient pas à 300 kms/h, qu'ils prenaient le temps de flâner.

Il est bon d'entendre un chef de gare qui ressemble à Paul Préboist débiter à toute allure La lecture du CHAIX SNCF dont parle Fryman Charles, alors qu'aujourd'hui, ce sont des machines glaciales, dénuées de toute humanité qui le font. Il est bon de voir des acteurs qui sont heureux d'être là où ils sont, pour faire ceux qu'ils ont à faire, sans se prendre le choux . Je pense à ce merveilleux théatreux, pourtant à l'aise partout, nommé Jacques Jouanneau, avec cette voix inimitable (sauf par l'acteur Michel Creton qui l'imite à merveille ) et cette aisance pour faire avancer le truc. Et si tous les examinateurs s'étaient appelés Biraud, j'aurais pris le volant beaucoup plus tôt.

C'est un film dessert. Une glace, un Fraisier. Hé ! Revenez messieurs dames ! Revenez nous raconter comment c'était avant ! Hé ! les Balladins libres, revenez ! Ils sont devenus fous ….Ils étouffent aujourd'hui vos collègues ! L'époque est malsaine ! Le cinéma se prend trop au sérieux . Le vent mauvais de l'industrie cinématographique devance tous les autres . Ramenez avec vous vos petites salles aux si belles devantures et vos énormes esquimaux. Revenez, comme chez et avec Guitry, redescendre l'immense escalier de Versailles . Vous n'y avez jamais eu droit, pourquoi ? Et rendez moi mon Louis Velle avec quarante ans de moins …. Allez ! Revenez quoi ….


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.023 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter