Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Clic-clac, Kodak !


De DelaNuit, le 10 septembre à 17:51
Note du film : 5/6

Tiens, je me rends compte que ma note s'est perdue dans les limbes. Je complète donc mon message précédent. Je ne considère pas comme Impétueux que ce film est constitué de deux histoires sans lien entre elles. Il me semble que Tarantino a contraire à coeur de les lier, et que ce lien participe au sens du film :

Tarantino a été choqué dans sa jeunesse par deux événements tragiques : le massacre de Sharon Tate et de ses amis par la "famille" Manson dans leur villa, et le suicide d'un acteur de série télé qu'il adorait et qui était arrivé en bout de course, et a bien-sûr inspiré le personnage interprété par Léonardo Di Caprio. Tarantino lie ces deux destins a priori sans rapport dès le départ en faisant de ces personnages des voisins. Cet élément qui pourrait être anodin lui permet d'imbriquer le sort de ces personnages : c'est parce que l'acteur qui jouait les justiciers à la télé (et leur a montré dès leur plus jeune âge comment tuer les indésirables) habite à côté de chez les Polanski qu'ils viennent massacrer que les hippies sataniques décident de commencer par sa villa, où ils se feront tellement bien recevoir qu'ils ne seront plus ensuite capables de poursuivre à côté leur oeuvre funeste. Et c'est parce que cet événement permet à l'acteur "has been" de rencontrer Sharon Tate et ses relations que sa carrière a toutes les chances de rebondir. Ainsi, le hasard ou la providence d'un scénario réécrivant une légende hollywoodienne en lieu et place d'une réalité sordide, permet à ces deux personnages de se sauver l'un l'autre.

J'entends autour de moi que beaucoup de gens – notamment la jeune génération – sont déçus par ce film car ils n'ont pas retrouvé l'humour, le rythme et la violence qu'ils attendaient. La fin notamment leur parait trop faible. Il faut saisir que cette fin ne vaut pas seulement par ce qu'elle montre mais aussi et avant tout par ce qu'elle a évité en substituant cette légende à l'horreur, comme un apaisement, un baume, une réconciliation, une résilience. Evidemment, si on regarde ce film au premier degré sans connaissance aucune de ce qui s'est réellement passé, on en perd tout le sens…


Répondre

De DelaNuit, le 9 septembre à 16:04
Note du film : 5/6

Loin des excès habituels de Tarantino, nous avons ici droit à une promenade nostalgique dans le Hollywood de la fin des Sixties, minutieusement reconstitué, avec une flopée de références qui réjouissent les amateurs. Les deux personnages principaux sont touchants dans leur rôle d'anti-héros, déjà "has-been" d'une usine à rêve toujours en mouvement qui a tôt fait d'oublier ses stars d'hier. On évite le massacre attendu qui eut lieu dans la vraie vie par une pirouette scénaristique nous rappelant qu'on se trouve ici dans un conte de fées.

Un conte qui, à l'instar de La La Land mais dans un style évidemment différent, fait d'Hollywood le décor d'une mythologie moderne où les belles américaines remplacent les carrosses, les studios les châteaux, les stars les anciens dieux, les hippies zombies les ogres… et les starlettes telle Sharon Tate les fées et les nymphes.

On oublie pour quelques instants de trêve que le Sunset Boulevard est celui de tant de rêves brisés… Et pour magnifier le "happy-end" de ce qui aurait pu être si la vie était un conte, les dernières images d'une nuit hollywoodienne enfin apaisée s'accompagnent de la musique composée par Maurice Jarre pour la dernière scène de Juge et hors-la-loi de John Huston, où la divine Ava Gardner apparaissait enfin telle une "dea ex-machina" pour sacraliser la légende d'un monde oublié mais toujours prompt à nous faire rêver…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0024 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter