Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Captivant


De verdun, le 9 octobre à 23:40
Note du film : 2/6

Un film conforme à sa réputation de Hitchcock décevant.

Il s'agit d'un récit d'espionnage complexe comme on en filmait pas mal à l'époque. Mais dans le même genre, La lettre du Kremlin de John Huston sorti un an plus tard est bien puissant et bien plus personnel. Pour une fois, Hitchcock semble avoir bien du mal à s'approprier son sujet tant l'ensemble reste relativement plat. La mise en scène, peu aidée par une photo sans relief, semble plus sage que d'habitude. Le maître du suspens a signé une "oeuvrette" qui déçoit par son manque de souffle. MêmeLe serpent du décrié Henri Verneuil est plus satisfaisant.

Il faut dire que la distribution où l'on trouve des acteurs français mais aussi des comédiens qui jouent parfois des personnages d'une nationalité différente de la leur est assez comparable aux euro-puddings en vogue à la même époque comme La nuit des généraux ou Triple Cross. Ceci dit John Vernon s'en sort bien en révolutionnaire cubain. Nos français Piccoli et Noiret font eux aussi le boulot, dans des rôles sommaires de traîtres à la solde de l'ennemi communiste. Les autres comédiens, français ou non, n'ont que de petits rôles.

Mais ce qui plombe le film est pour moi l'interprétation d'un Frederick Stafford complètement transparent. CertesHitchcock ne voulut plus de vedettes après ses relations exécrables avec Paul Newman durant le tournage du rideau déchiré. Mais comment diable a t-il pu croire que cet acteur vu dans des séries B européennes comme Estouffade à la Caraïbe ou Furia à Bahia pour OSS 117 pouvait être un nouveau Cary Grant incarnant de plus ici un espion français ?? Mystère.

Les idées de réalisation et les morceaux de bravoure "hitchockiens" propres à enthousiasmer ses admirateurs sont bien trop rares pour un film de deux heures: la fin est ainsi expédiée comme rarement. La filature d'ouverture ou le vol d'une valise à l'hôtel constituent de bonnes séquences. L'idée de filmer le coupe torturé par les castristes comme s'il s'agissait de la "pieta" de Michel-Ange est superbe mais l'on retiendra surtout la mort de Karin Dor dont la robe forme comme une flaque de sang. La romance entre Stafford et ladite Karin Dor laisse entrevoir le beau film que L'étau aurait pu être avec la maîtrise habituelle du cinéaste. Le reste est tout aussi anonyme que les réalisations de Terence Young dans les années 70.

Et le message politique ? Un anticommunisme basique, ni plus ni moins. Le registre politique ne convenait sans doute pas à "Hitch".

En bref un film décevant, moins réussi que les "James Bond" de la même époque et qui aurait été bien meilleur avec un Sean Connery ou même un Yves Montand, initialement envisagé, dans le rôle principal. Je ne peut donc que constater l'échec de L'étau mais ce visionnage m'a tout de même captivé au point de rédiger un message plus long que prévu. Et un film doté de trois fins différentes n'est pas si banal que ça !


Répondre

De Nadine Mouk, le 16 juillet 2016 à 00:46

Après avoir lu l'avis pour le moins déconfit d'Impétueux sur cet Etau, je me suis souvenu que mon Hitchcock préféré était, sans conteste, Le crime était presque parfait . Et je me suis rendue sur le fil de ce film pour savoir ce qu'en pensait notre amer chagriné en particulier et tous les autres en général . Et je tombe sur une conversation très charnue autour de ce film avec toute une ribambelle (non pas de poupons à la Vincentp) mais de contributeurs qui devisent joyeusement, digressant jovialement comme autour d'une bonne table . Un vrai bonheur ! Je me suis régalée ! Mais où sont donc passés tous ces gens là ?


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.028 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter