Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Très nuancé ! ..


De Nadine Mouk, le 12 janvier à 00:15
Note du film : 3/6

L'une des premières scènes du film décrit donc la rencontre initiale entre la jeune vierge effarouchée (et un peu godiche) Anastasia et le richissime homme d'affaires Christian Grey : très vite, le décor est posé avec une atmosphère de domination qui va s'installer insidieusement. Très subtilement mis en perspective par Sam Taylor-Johnson, un rapport de soumission crève l'écran entre les deux protagonistes : Anastasia, pas assez troublante Dakota Johnson, filmée en plongée, va alors constamment lever les yeux, comme si elle s'adressait à un être supérieur, à son "maître", lorsqu'elle parle à Christian Grey. Cette tendance à la soumission va se retrouver en filigrane une bonne partie du film et nous donne à espérer… jusqu'à ce que les personnages reviennent a égalité dans leur rapport, mais je ne vous en dis pas plus afin de ne pas trop spoiler. Parce que la très accomplie trilogie éditoriale est largement trahie au profit d'un récit assez niais, en fin de compte. Et Cinquante nuances de Grey aurait mérité une mise en scène un peu plus fouillée, rigoureuse, passée la première demi-heure assez réussie.

L'un des attraits principaux de ce film est le traitement de la sexualité par la réalisatrice : certes, les lectrices et lecteurs des trois romans de E.L James risquent d'être déçus du fait de l'absence de certaines scènes de rapports sexuels déjà cultes.

Il n'en reste pas moins que la libido homme/femme est traitée de façon assez torride et ma foi pas mal excitante même si par trop aseptisée par instants : toute l'anatomie de Dakota Johnson s'offre à l'écran mais la réalisatrice a voulu conserver un certain mystère quant à celle de Jamie Dorman. Christian Grey ne s'offre pas, il cache ses brûlures passées, présentes et à venir . Par contre, son approche du sado-masochisme est une constante mais si bien décrite dans le livre, bien moins rendue ici. Sam Taylor-Johnson a su (à grand peine, on le ressent) relever le pari de réaliser un film plus qu'érotique et sensuel, sans jamais verser dans la pornographie crade chère à Catherine Breillat et à son Romance, pour ne parler que de lui. Mais qu'on se rassure : pas de quoi fouetter un chat ! Les médias annonçaient un tsunami de passion qui manque cruellement. A peine de quoi faire frémir les ados boutonneuses et sans imagination. Par contre les adultes ayant quelque peu vécu se faufileront bien plus aisément dans une sorte d'excitation que la morale, pour une fois, ne reprouvera pas, vu le prix de la location du DVD. On soulignera aussi le côté comique assez attendu du film qui nous réserve quelques situations cocasses dont les Américains ont le secret mais que les livres exploitent beaucoup mieux.

La performance des acteurs n'a pas de quoi soulever les foules même si Jamie Dorman est très envoûtant, tant son charisme indéniable sert le côté sérieux et libidineux de son personnage. Quant à Dakota Johnson, elle nous livre une interprétation assez banale, bien trop classique pour ce genre d'exercice et l'alchimie entre les deux acteurs n'est pas toujours évidente. De toute façon, erreur de casting ! Si le sexe n'a pas de visage, là, il aurait fallu donner les bons visages au sexe, surtout féminin. Par ailleurs, le film se traîne un peu et c'est un doux euphémisme. Nous ne louons pas ce genre de DVD pour nous taper des dissertations, mais pour mâter ce qui nous a été promis dans les journaux et confirmé par la lecture des bouquins, cochons (ones) que nous sommes. Seules les scènes de sexe, faussement sulfureuses par instants, retiendront notre… attention. Et puis, notons quand même la très bonne idée que de repeindre toute cette atmosphère pseudo-brûlante de deux chansons de Beyonce qui s'inscrivent parfaitement dans l'intrigue, quand même mollassonne et servent une fois de plus à érotiser à donfe l'atmosphère de braise quand elle veut bien l'être, autant dire rarement. Le remix de "Crazy In Love" est un nouveau coup de génie de l'artiste d'autant plus que cette chanson est en arrière plan d'une scène assez incandescente ! Là, ça frissonne bien pour le coup…

On a beaucoup glosé sur ce film . On s'est beaucoup offusqué ou pourléché les babines. Je suis d'ailleurs surprise d'être la première à poser mon grain de sel sur ce forum. Beaucoup de bruit pour rien. Ou pas grand chose. Ou rien qui vaille un tel charivari d'outrances ou de propos dithyrambiques. Dans ce film, Chacun cherche son chat. Cette œuvre est, une fois de plus, la médiocre adaptation d'une série de livres très troublants à plus d'un titre. Ce n'est pas à proprement ou salement parler un film de cul, pas plus un film d'amour même si la tendresse n'est pas absente. Ce n'est pas un film d'essai sur la sexualité non plus. Je crois que c'est juste encore un coup des Américains. Mais apparemment, ils ne savent pas lire, et c'est dommage …


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.015 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter