Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Critique


De dumbledore, le 13 juin 2004 à 14:11
Note du film : 4/6

Saison 3

Les créateurs d'Alias ont vu 24 heures. Alors que la série sur ses deux premières saisons oscillaient entre la série (une histoire bouclée par épisode) et le feuilleton (l'histoire se poursuit durant toute la saison), elle change quelque peu de fonctionnement pour sa troisième saison.

On avait laissé notre barbie girl, Sydney Bristow se réveillant en Asie avec une absence de deux années. Fin de saison un peu foutage de gueule en apparence, tellement le principe semble artificiel. Un peu comme les (fausses) morts de personnages principaux en fin de saison.

Toutefois, au démarrage de cette troisième saison, on se rend vite compte qu'il ne s'agit pas d'une pirouette mais d'un changement de voie. L'organisation des personnages que nous avions à la fin de la seconde saison devient tout autre : Michael Vaughn, le petit ami de Sydney dont l'histoire étant enfin "acceptable" perdait tout intérêt, se retrouve marié par dépit amoureux suite à la mort officielle de Sydney. Le meilleur copain et collègue de Sydney devient chef du service et le redoutable et non moins truculent Arvin Sloane travaille dans une OMG (sic!!). Bref tout ce qui faut pour pouvoir relancer, redynamiser la série. Objectif réussi.

Le fameux Rambaldi est quasiment absent de la première moitié de la saison dans laquelle on reste focaliser sur la recherche quasi oedipienne de Sydney sur son passé (et son passif) durant ces deux dernières années. Pourquoi, comment elle en est arrivé à perdre la mémoire et surtout avoir vécu pendant deux ans comme agent de l'ennemi.

La construction de cette douzaine d'épisodes est brillante, chaque épisode démarre fort et finit encore plus fort (un peu comme 24 heures). On est accroché, passionné par ce qui se passe et on va de découverte en surprise. Impossible de lâcher l'action, l'attente de l'épisode suivant devient insoutenable. Bravo, on atteint là le même suspens que 24 heures, la même attente.

Malheureusement, arrivée la seconde moitié de la saison, cette quête touche à sa fin (un peu bêtement d'ailleurs), on redémarre sur Rambaldi avec une trahison que l'on sent trop artificielle au sein du groupe et Sloane qui reprend du poil de la bête. La série devient moins intéressante pour finir sans vraiment finir.

Alias décidément souffre d'un gros défaut : Rambaldi, personnage-concept totalement farfelu, science-fictionnesque dans un univers qui ne l'est pas. Il fait pièce rapportée et dans cette saison, il fait même hôte encombrant qu'on a bien du mal à gérer.


Répondre
Avis


De samy, le 10 novembre 2003 à 08:54

Je suis cinéphile et à mes heures sérifile, ce que je n'arrive pas à comprendre c'est pourquoi tu compares deux séries complètement différentes. J'aime beaucoup Alias et j'attend avec impatience les mercredis. Je crois sincèrement que lorsqu'on aime cela ne s'explique pas, mais c'est marrant de voir des criques qui essayent de disséquer des films comme des légistes des cadavres. Mais on sait bien que les légistes n'ont jamais soigné aucun patient encore moins sauvés des vies.

Pareil pour les critiques !


Répondre

De dumbledore, le 19 octobre 2003 à 23:54
Note du film : 4/6

D'accord sur l'une et l'autre des remarques.

Cela prouve une chose concernant les séries: c'est moins l'originalité d'un concept qui fait uniquement une grande série mais sa capacité à évoluer et à se décliner. Bon nombre de bonnes idées ont donnée des séries qui baisse de niveau d'épisode en épisode et d'autres séries moins originales ont su durer bien plus longtemps. Urgences ou NYPD blues en sont un exemples. Rien de plus classique que les principes de ces deux séries et pourtant on en est à presque voir plus que 10 saisons…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.025 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter