Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Brillant thriller made in "Hammer"


De verdun, le 22 juin à 23:29
Note du film : 5/6

Une jeune femme paralysée, Penny Appelby (Susan Strasberg) rejoint sur la Cote d'Azur son père qu'elle n'a pas vu depuis dix ans, mais celui-ci est mystérieusement absent de la maison. Hébergée par Jane (Ann Todd) sa belle-mère, Penny croit voir a plusieurs reprises le cadavre de son père…

Société de production surtout connue pour ses films gothiques ayant révélé à la planète cinéma un réalisateur comme Terence Fisher et des acteurs tels que Christopher Lee et Peter Cushing, la Hammer s'est aventurée dans d'autres domaines que le cinéma fantastique.

La firme anglaise a ainsi produit durant les années 60-70 une série de thrillers psychologiques contemporains à petit budget, surfant sur le triomphe de Psychose, mais inspirés surtout des Diaboliques de Clouzot. Ces films, parmi lesquels on peut citer Meurtre par procuration, Paranoïaque ou encore Maniac, ont de grandes qualités esthétiques (belle réalisation et photo en noir et blanc) mais les histoires écrites par Jimmy Sangster, aussi brillantes soient-elles, ressassent un peu trop souvent les mêmes thèmes -machinations, secrets de famille- jusqu'à en devenir mécaniques, et leurs rebondissements sont tirés par les chevaux. En ceci, ces thrillers préfigurent le futur "giallo" italien.

Hurler de peur est le premier titre de cette lignée et obéit à ce cahier des charges. Le thème est habituel: une femme est rendue folle par un complot. On même observer que les péripéties sont assez rares dans la première heure alors que les dernières minutes multiplient les coups de théâtre pour le moins spectaculaires.. Mais avec le recul l'ensemble apparaît parfaitement huilé et ce faux rythme parvient à piéger agréablement le spectateur.

Par ailleurs, Hurler de peur se distingue à double titre.

D'une part, c'est un film visuellement splendide. La réalisation est d'une fluidité assez fascinante. Aucun plan, aucun cadrage et aucun mouvement de caméra ne sont laissés au hasard. Présent dans un rôle secondaire, Christopher Lee considérait Hurler de peur comme son meilleur film pour la Hammer et Seth Holt comme le meilleur réalisateur avec lequel il ait travaillé au sein de la firme. Ce point de vue se défend, tant la réalisation est brillante, ayant parfaitement retenu les leçons prodiguées par Hitchcock et Tourneur. Il faut aussi mentionner la photo noir et blanc très contrastée du génial Douglas Slocombe, qui contribue, comme les décors de la grande demeure où se passe la majorité de l'action et où un piano joue quelques notes de Chopin, à l'atmosphère parfaitement anxiogène de l'ensemble.

D'autre part, les personnages sont très intéressants et servis par une interprétation remarquable. La belle Susan Strasberg, fille du fondateur de l'Actor's studio, est crédible et tire parfaitement son épingle dans le rôle pourtant ingrat de l'héroïne amenée à Hurler de peur régulièrement. Elle est entourée par trois personnages ambigus à souhait: le chauffeur de la famille incarné par Ronald Lewis, sorte de sosie de David Hasselhoff, la belle-mère à la fois chaleureuse et inquiétante (Ann Todd) et le médecin intriguant, joué par un Christopher Lee qui apparaît peu mais suffisamment pour ajouter un peu plus de trouble à un film qui n'en manquait déjà pas…

Malgré des rebondissements que certains trouveront, non sans raison, peu crédibles, Hurler de peur est l'un des thrillers les plus brillants produits par la Hammer. Seth Holt tournera quatre ans plus tard pour la fameuse maison de production le non moins excellent Confession à un cadavre. Ma conclusion sera exactement la même que celle que j'ai écrit concernant ce dernier titre:

"Dommage que Seth Holt, l'un des réalisateurs les plus doués ayant travaillé pour la Hammer n'ait tourné que trois films pour cette dernière: Hurler de peur, The nanny donc et La momie sanglante qu'il n'a d'ailleurs pas pu terminer".


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0049 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter