Accueil
Cinéma
La Croix des vivants
France, Belgique
Polar

Première mondiale : 1962
La fiche technique complète sur IMDb

24/09/200801/11/2009
Réalisateur et scénariste :
Ivan Govar

Scénaristes :
Alain Cavalier
Maurice Clavel (dialogues)
Jean-Claude Dumoutier

Directeur de la photographie :
André Bac

Monteur :
Paul Cayatte

Responsable des décors :
Léon Barsacq

Société de production :
Christina Films

Acteurs :
Karlheinz Böhm (Gus)
Pascale Petit (Maria)
Giani Esposito (Yan)
Christine Darvel (Nell)
Alain Cuny (Baron VonEggerth)
Madeleine Robinson (Mme Van Dorneck)
Gabriele Ferzetti (l'abbé Delcourt)
Roger Dumas (Sylvain)
Marika Green (Gretel)
Jacques Richard (Franz)
Max de Rieux (Carl)
Marie Dubois (Gisèle)

...

Résumé

Synopsis Nous sommes dans un bourg cossu des Flandres. Yan, accusé d'un crime qu'il n'a pas commis, revient au village. Il ne trouve devant lui qu'animosité et haine. Le curé du village tente en particulier d'apaiser la malveillance de Franz, le garagiste farouchement hostile à Yan. Seuls Gus et Sylvain, fils de la plus riche propriétaire du bourg, Madame Van Dornech, obtiennent de leur mère autoritaire, après maintes supplications, qu'elle confie à leur ami d'enfance la direction de la scierie dépendant du château qu'ils habitent.Gus vit maritalement avec une jeune veuve, Maria, à la beauté provocante. Cette Maria, pénitente indocile du curé du village qu'elle semble avoir troublé, s'est éprise de Yan et refuse le mariage que lui propose Gus, désirant s'enfuir avec Yan, qui d'ailleurs ignore les projets de Gus. Au cours d'un bal du village, Franz provoque haineusement Yan et le bat avec une telle violence que seule l'intervention du curé, prévenu par Maria, empêche un meurtre. Lorsque Gus apprend que Maria et Yan vont partir ensemble, il va à la scierie armé d'un revolver. Yan, qui se refuse toujours à toute lutte, est prêt à accepter la mort. Gus comprend que son ami ne l'a pas trahi et retourne au château ; Yan reproche amèrement à Maria sa trahison. Elle s'enfuit et tombe sous les roues de la voiture de Gus. La révolte s'empare du village, qui impute à Yan cette mort atroce. Seul le curé arrivera, au prix de sa vie, à apaiser une haine implacable. C'est lui qui recevra en pleine poitrine la balle de revolver que Franz tirait sur Yan. Ce crime, qui sera qualifié d'accident, pourra finalement rétablir la paix entre des hommes, passionnés et divisés. © Les fiches du cinéma

Statistiques

Aucun vote pour une (ré)édition en DVD. Pour voter :

Galerie de photos


(c) cinema-francais.fr

Cette page a été visitée 2808 fois.

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.28 s. - 15 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter