Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Trop tranchant pour moi !?


De Arca1943, le 21 février 2012 à 20:26
Note du film : 2/6

À part la présence du légendaire Sho Kosugi, ce truc est nul. "Ah les beaux crétins d'antan, authentiques comme du pain complet !", s'exclamait Jules Renard. Eh bien ici, je suis nostalgique des nanars d'antan : au moins, dans les nanars d'antan, il y avait des erreurs de raccord, des figurants qui gloussaient pendant les funérailles, du fond de teint qui restait sur la joue du héros au moment du baiser final, etc. Ici, rien de tout ça ; par moments, il y a même de vraies belles images, notamment en ombres chinoises pendant le duel final entre le jeune héros (interprété par un dénommé Rain) et le chef des méchants (interprété bien sûr par le légendaire Sho Kosugi).

Mais c'est un nanar tout de même, en raison de son scénario débile profond. Qu'un film d'action soit plus ou moins semé d'invraisemblances, c'est un peu normal ; je ne m'en plains pas. Mais ici, l'insulte à la logique la plus élémentaire éclate de plus en plus à mesure qu'on progresse dans son intrigue particulièrement simplette et puérile. Le Méchant suprême, chef d'un réseau clandestin de tueurs ninjas qui accepte des contrats à tous les rateliers, s'acharne sur le Bon (un jeune homme qu'il a formé depuis son enfance pour devenir ninja, bien sûr, mais qui a réussi à s'enfuir de son espèce de haras secret) s'acharne sur le Bon, dis-je, au point d'y perdre absolument toutes ses troupes de mercenaires-tueurs, donc son business international et tout son argent. Dans quel but ? Ça n'est pas précisé. Ce truc n'a pas le moindre sens.

Shlak flork, shlak flork, shlak flork, écrivais-je dans mon message précédent. Eh bien, ce n'est que ça pendant deux heures ! Le festival d'hémoglobine. Et pourtant, je n'ai rien contre une petite décapitation de temps en temps, une éviscération ici et là, voire une séance de torture bien épouvantable à l'occasion. Mais là, ce n'est que ça, et rien d'autre. C'est tout ce qu'ils savent faire, dans ce film : il n'y a que des scènes de transition entre deux séquences de découpage en morceaux. Avec un imaginaire sado-maso mal assumé, en plus, ce qui a le don de me retourner l'estomac.

Alors, c'est clair, à 40 ans et des poussières, I'm too old for this shit et je retourne à mon austère Shinobi no mono !


Répondre

De Arca1943, le 8 février 2012 à 01:20
Note du film : 2/6

Je crois que je vieillis, ou quelque chose du genre. Ce film est d'une violence tellement insensée que je décroche. Pas de note, vu que je n'en ai vu que 40 minutes. Je veux bien que les victimes du ninja sont tous d'affreux gibiers de potence, mais une telle indifférence à la vie humaine – je ne parle pas du personnage, pour qui c'est normal vu qu'il s'agit d'un tueur surentraîné, mais bien du film et de sa mise en scène – me rend malade. Shlak flork, shlak flork, shlak flork, fait le film. Beuark, fait le spectateur. Et ça décapite et ça ampute et ça pourfend au sens le plus littéral, mais toujours comme si l'existence était un long jeu vidéo sis dans un abattoir. J'ai patienté jusqu'à l'apparition du légendaire Sho Kosugi – très bien ! oh comme il est légendaire ! – puis j'ai pesé sur STOP. « Ça doit être que t'aimes pas les films de ninja, vieux croulant ! », me direz-vous sans doute. Mais pas du tout voyons, à preuve j'ai ici Shinobi no mono, avec l'ardent Raizo Ichikawa ! Ah ouais mais c'est de 1962, avant ma naissance… Ce que c'est, tout de même, d'être né trop tard dans un monde trop antique.

Enfin, pour être dans le coup et me radjeunir, je vais retenter ma chance une autre fois. Mais certainement pas juste après souper !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.036 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter