Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

valse royale


De New-JPL, le 4 septembre 2012 à 16:20
Note du film : 5/6

VALSE ROYALE, c'est tout simplement un petit bijou ! et même dans une version très altérée, on ne peut rester insensible au charme discret… non pas de la bourgeoisie mais de la mise en scène ! bien digne du CONGRES S'AMUSE dont Henri Garat était le glorieux protagoniste. Rien à voir avec ces " viennoiseries " à la gomme qui écoeuraient tant notre bon vieux Jankelevitch !

C'est tout simplement du grand art, niché dans un petit film charmant.


Répondre

De Tamatoa, le 3 septembre 2012 à 04:06
Note du film : 2/6

Je ne voudrais pas réfrener l'engouement très sympathique de New-JPL, mais nous sommes là bien loin du Grémillon que, j'allais dire "nous connaissons", du moins de celui qui a tourné autre chose que cette sucrerie tiède. Grémillon se fait les dents avec cette opérette filmée (certainement un film de commande) qui ne me laissera aucun souvenir persistant. Et le Normand n'a pas du non plus en garder un souvenir impérissable puisqu'il a changé de registre assez vite et pour notre plus grand bonheur. Oui, et en celà je rejoins tout à fait l'avis de notre ami enchanté, c'est du Sissi. A n'en pas douter, Valse royale a fait des petites. Mais si on ne sait pas qui a mis en scène cette mièvrerie sans éclats, je défie quiconque de dire que c'est Grémillon. La future Marie-Martine et la prochaine et si brune La panthère de Circonstances atténuantes sont ravissantes et minaudent à qui mieux mieux auprès d'un Henri Garat au charisme d'huitre, mais deviner que c'est du Grémillon, ça fait tout drôle et ça relèverait du hasard le plus pur..

Je dis "mièvrerie sans éclats" mais je n'ai rien contre l'opérette ! Il y en a eu de fort bonnes. C'est un exercice qui a connu ses lettres de noblesse avec des signatures prestigieuses. Mais là, cette Valse royale nous parait pesante, ce qui doit être tout le contraire d'une valse. Surtout à Vienne, par ailleurs peu mise à l'honneur. Répétitive, simplette et godiche, cette oeuvre ne vaut que par une certaine gaité qui semble s'en dégager, si on la regarde avec une certaine indulgence. Sa place est plus sûrement sur la scène d'un théâtre, avec musiciens dans la fosse et planches craquantes sous les pas des protagonistes. Devant un parterre d'adeptes de la chose. Mais je me demande encore et toujours comment Henri Garat, avec ce visage si glabre et faraud a t' il pu jouer si longtemps les jeunes premiers. On lui prête même une aventure avec la mutine Jacqueline Delubac aux yeux et à la barbe du célèbre locataire du 18 avenue Elysée Reclus.

Il Valse fort bien (mieux que moi en tous cas) mais j'ai rarement entendu un homme faire des déclarations énamourées avec aussi peu de peps. C'est pas Tino Rossi, c'est autre chose. Mais c'est pas mieux.Une sorte de Marcel Merkès fade. C'est dire.. Il me rappelle un peu un autre sire : Raymond Rouleau, dont on se demandait aussi comment…

Bref : Tout ça se veut charmant et le demeurera peut-être lontemps dans la mémoire de beaucoup. C'est un genre qui a ses partisants. Et pourquoi pas ? Mais franchement, une signature comme celle de Grémillon sur le générique de ce boudoir saupoudré de sucre glace, on a pas l'habitude. Oû sont les embruns de Remorques, la détermination de L'étrange monsieur Victor, ou la Gueule d'amour de Gabin ? D'accord, ils viendront, mais en attendant..

Oû est passé Grémillon ?


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0045 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter