Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Mon Dieu !


De Azurlys, le 7 septembre 2015 à 14:35

Trois mots d'abord pour dire que j'attendais – j'allais dire avec impatience, mais ce serait trop… – , j'attendais, disais-je le passage télé du film pour me faire une opinion. Hélas, sauf erreur, je ne crois pas qu'il ait été diffusé sur les chaines traditionnelles (Canal +, peut-être) mais en salle il semble avoir ramassé un bide exemplaire. En région parisienne, il a quitté l'affiche à l'issue de la première semaine ! J'avais le sentiment que l'on avait une version mal fichue, bâclée, peut-être indécente, qui pouvait être considérée comme une caricature d'elle-même, et les commentaires qui précèdent paraissent le confirmer.

Je ne peux qu'évoquer le souvenir savoureux d'avoir visité le bâtiment de l'Auberge de Peyrbeille, avec un guide improvisé, qui est parvenu à nous faire écrouler de rire. Le récit des assassinats était impayable devant la bouille du jeune guide, lui-même pétrifié de nous voir hilares ! J'aurais donné cher pour refaire l'expérience, mais une information plus récente m'a éclairé sur le changement du propriétaire du lieu et la transformation du rez-de-chaussée qui a supprimé le bric-à-brac d'épicerie de campagne – comme il ne s'en trouve plus – où les journaux, le saucisson, les fromages locaux, quelques flacons attirants voisinaient de concert dans un singulier savoureux bazar de livres poussiéreux et de cartes postales.

L'aventure peut être trouvée aisément sous toutes les formes : histoire, procès, fictions fantaisistes, et pièces de théâtre présentées, au début du siècle dernier, sur ce que l'on appelait alors les "théâtres de barrière". Mais il est peut-être bon de corriger la légende du Noir qui vivait à l'auberge avec les patrons et était voué aux viles besognes d'assassinats et d'enterrements. En effet le personnage a bien existé, mais était natif du lieu et n'arborait qu'un visage légèrement basané, issu probablement des passages déjà lointains à l'époque des Maures dans la région. Mais d'Africain, point. La légende a fait le reste. Cette légende s'ajoute à celles des très nombreuses victimes estimées des meurtriers, qui s'attaquaient de préférences aux inconnus isolés, et voyageaient depuis le Puy-en Velay jusqu'aux foires d'Aubenas. Le nombres des victimes fut infiniment plus modeste que tout ce qui a été dit…

Quant au film, j'attends de voir, en pensant qu'il ne fera sans doute jamais oublier le jeu de massacre de Claude Autant-Lara et son équipe avec cette comédie grinçante et virulente.


Répondre

De Arca1943, le 16 novembre 2009 à 21:13

Et Louise Portal, tout de même.


Répondre
Remake insipide en vue?


De Impétueux, le 9 décembre 2007 à 13:16
Note du film : 0/6

Un mot pour dire que la longue nouvelle de Balzac n'a pas de rapport avec la véritable affaire de l'auberge de Peyrebeille ; la nouvelle de Balzac date de 1831, alors que l'affaire criminelle intervient en 1833 ; et si l'anecdote balzacienne présente un certain rapport (récit d'un assassinat dans une auberge), elle ne peut être reliée aussi directement.

Cela étant, il est bien exact que toute la littérature mondiale (occidentale, en tout cas, je n'en connais guère d'autre) s'est bâtie sur la reproduction de thèmes éternels ; si Jean Giraudoux intitule Amphytrion 38 sa pièce consacrée à ce mythe, c'est parce que le fin lettré qu'il est a compté qu'auparavant déjà 37 pièces ont été consacrées au mari d'Alcmène et au père putatif d'Hercule !

Mais interprétation n'est pas copie servile ! Lorsqu'on est en face d'un tel chef-d'œuvre que L'auberge rouge de Claude Autant-Lara, on n'a pas la prétention de s'y frotter !

Enfin ! On ne devrait pas l'avoir…


Répondre

De Freddie D., le 8 décembre 2007 à 18:57
Note du film : 0/6

Bonne idée, cette série de "films qu'on ne pourrait plus faire" ! Un peu déprimante, mais bonne. J'imagine L'année dernière à Marienbad avec Véronique Genest ou Thérèse avec Laurence Boccolini


Répondre
excellent.


De droudrou, le 6 décembre 2007 à 19:11

Cré vain Dieu ! Depuis hier nous semblons nager dans le stupre et la fornication ! Il va me falloir un sacré bout de temps pour m'en remettre…

J'imagine soeur Clotilde avec ses 92 ans qui va finir par avaler son râtelier…

"L'auberge rouge" classée "X"… Starlight qui se méfie… qui sent un cadeau empoisonné… Je sens que je vais aller réviser quelques classiques afin de me maintenir à niveau…

Jipi, mon vieux ! Qu'est-ce que tu en penses ? Impétueux ne va pas tenir jusque l'âge de sa retraite… Si on continue comme çà sur DVD Toile, ça va être sa retraite aux flambeaux, chacun escortant son corbillard pour le mener à son dernier repos…

Punaise ! J'y reviens ! Quand je pense à la mère Cavanni avec son "portier de nuit", depuis elle nous a quelque peu changé le cinéma après en avoir rajouté avec sa "peau". J'attends avec impatience un remake de "Gladiator" où les gladiateurs s'entre-tueront pour de vrai !…


Répondre

De starlight, le 6 décembre 2007 à 18:30
Note du film : 1/6

Vains dieux !… Autant-Lara doit se retourner dans sa tombe !… Ca vole haut d'après ce que je vois !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.040 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter