Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Pétard mouillé ?


De Impétueux, le 15 novembre à 17:00
Note du film : 4/6

Mais quel délice ! Mais quel charme ! J'ai bien sûr vu dix fois La boum, comme tout le monde, parce que le film de Claude Pinoteau est une des stars de la rediffusion télévisée et parce que retrouver, presque en copains, Denise Grey en fofolle, le couple un peu crispant Claude Brasseur et Brigitte Fossey et, surtout, la révélation de l'évidente beauté de Sophie Marceau, la musique parfaite de Vladimir Cosma, le charme merveilleux du Quartier latin et les égarements du cœur de l'adolescence, de la toute jeune adolescence, ça ne se refuse jamais.

La boum fait partie de ces films qu'on ne se lasse pas de voir, s'émerveillant à chaque fois de la justesse des observations de Danièle Thompson, scénariste, de ses dialogues, de la tendresse et de l'ironie dispensées, de ces retrouvailles avec un monde qui est en train de nous filer dans les doigts, même si les émois de l'adolescence ne changeront sûrement jamais, en tout cas aussi longtemps que des filles et les garçons pourront s'émerveiller de leurs différences et de leurs attirances…

Déjà, que c'est bien d'ouvrir La boum par un long périphérique sur Paris, plus belle ville du monde… Tour Clovis, cours intérieures du lycée Henri IV, Panthéon, au loin les tours : Montparnasse, Saint-Sulpice, Eiffel… Notre-Dame… Le cœur de Paris, une vraie leçon de civilisation. Et puis ce monde de l'enfance qui entre en adolescence… Dernière année de collège, si tendre et si délicate, la cour de récréation qui n'est plus là pour de grandes courses échevelées et des jeux puérils mais pour des stratégies compliquées : les profs dont on ne veut à aucun prix, ceux qu'on rêve d'avoir, les petites sœurs qu'on veut semer parce que leur présence vous confine aux temps où l'on portait encore des tresses. Et le regard sur les garçons, qu'on juge si beaux ou si laids, pour qui on échafaude des rêveries romanesques ou qu’on rejette sans pitié aux ténèbres extérieures…

Claude Pinoteau a sûrement dû s'effacer devant Danièle Thompson pour simplement filmer le point de vue des filles sur cette longue bouffée printanière qui va, pendant de bien longues années, troubler leurs journées. Les garçons sont là de simples utilités, presque interchangeables, généralement ridicules et en tout cas bien plus puérils que ne le sont les conquérantes. Moi qui suis – d'ailleurs sans aucune espérance – un militant de la non-mixité, je me trouve absolument conforté : en matière de maturité, aux mêmes âges, les filles ont plusieurs longueurs d'avance sur les garçons (la question est de savoir si cette avance disparaît un jour ou, de toute façon, quand précisément elle se fluidifie).

Et pourtant il n'y a guère de différence entre ce que chante Sheila en 1963 (C'est ma première surprise-partie !) et ce qui se passe pour Victoire (Sophie Marceau) et son amie Pénélope (Sheila O'Connor) : l'inquiétude des parents qui ne savent pas trop bien comment faire. Tous ceux qui ont eu des enfants savent ce que c'est que d'aller poireauter une nuit de samedi à onze heures, minuit, deux heures, trois heures et davantage, de se geler dans une bagnole inhospitalière en maugréant. Ils savent aussi ce que sont les Ça craint ! si l'on fait mine d'accompagner un peu trop les chérubins jusqu'à l'endroit où les attendent leurs amis, qui, naturellement, ricaneraient bien fort en voyant leurs copains en compagnie vieillarde (car on est vieillard dès 40 ans sonnés, dans cette optique).

Au regard de ces historiettes finement dessinées sur le vif, le récit des difficultés matrimoniales des parents de Vic, François et Françoise (Brigitte Fossey et Claude Brasseur) apparaît plus convenu, plus banal, malgré la qualité des acteurs. Et l'inventivité des situations, assez drôle au demeurant. Dominique Lavanant est extrêmement drôle dans le rôle de l'esthéticienne Vanessa, vipère lubrique prête à tout pour faire payer cher à son amant François sa décision de l'abandonner.

Et que dire de Poupette (Denise Grey), la grand-mère fofolle de Vic, dont le brio et la cinglerie ont fait beaucoup pour le succès public de La boum ? On ne peut nier que la touche burlesque qu'elle apporte est amusante ; mais cette touche-là peut avoir un peu tendance à prendre le pas sur ce qui demeure le vrai sujet, à mes yeux : la naissance d'une jeune fille.


Répondre

De Gilou40, le 3 mai 2010 à 12:53
Note du film : 3/6

Il semblerait qu'aujourd'hui, on aime une actrice pour sa beauté physique et non pas pour son jeu…

Pensez vous que Tyrone Power, Tom Cruise, Delon, Richard Gere, olivier Martinez, Gary Grant auraient connu tant de succès si ils n'avaient pas eu cette tronche là ? Même en étant d'excellents acteurs ?

Et je doute fort que ce soit "le jeu" de Bardot qui la fit apprécier….


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.022 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter