Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

savior


De droudrou, le 10 novembre 2006 à 08:52
Note du film : 2/6

Quelle haine ?

D'abord Dennis Quaid : je me suis posé la question de la nécessité qu'il se compose une gueule que ne renieraient pas Brute Willis.

Le film : Je ne cache pas qu'il y a lieu d'exercer une certaine méfiance quant à la vision qu'est susceptible de nous transmettre Oliver Stone. La démonstration m'en paraît quelque peu tendancieuse. Dès l'entrée du film, on éprouve quelques difficultés à situer le lieu où se déroule la première action. On éprouve également quelques difficultés à cadrer cette famille qu'un drame va toucher soudain. Certes, quand des attentats sont commis, ils frappent sans prévenir et sans une once de pitié pour quiconque. Le hic, c'est qu'ici le climat de violence s'installe immédiatement, voulu ou non voulu, mais pour le moins, le spectateur n'a pas le temps de réfléchir…

Les responsables, évidemment, les musulmans. Dennis Quaid va directement à la mosquée, sort son arme et abat froidement des gens qui pratiquent leurs dévotions à Allah. Rejoint par un de ses amis et collègues, il lui devra la vie puisqu'un musulman encore vivant dispose d'une arme et la braque sur eux, que l'autre a le temps de sortir un pistolet et abattre le musulman avant de dire à son copain de se tirer…

On retrouve donc le "héros" de l'histoire embarqué sous un faux nom là-bas dans le conflit bosniaque et qui assouvit sa haine, tirant quasiment sur tout ce qui bouge, quel qu'en soit l'âge ou le sexe…

Ca devient très tendancieux avant qu'au cours d'un échange de prisonniers, un de ses "collègues" ne reconnaisse une fille enceinte (Nastasia Kinsky), la maltraite violemment avant de se faire abattre (!) tandis que la femme n'accouche prématurément d'un bébé du sexe féminin. Certes, les images qui suivent nous plongent dans des réalités opposées puisque notre vision occidentale du monde n'est pas la même que la vision orientale des choses, que les notions d'honneur ne sont pas traitées de la même façon, mais, pour moi, la démonstration est plutôt lourde.

Pour le moins, notre "héros" va se retrouver croiser des situations plus violentes les unes que les autres avant d'aboutir au bout d'un quai, sur un port, face à la mer et une nouvelle vie (?) avec la petite entre-temps devenue orpheline.

C'est une volontaire de la Croix-Rouge qui va faire basculer le destin : il jettera ses armes à la mer et, emportant le bébé dans ses bras, il aura trouvé un sens nouveau à sa vie.

Etait-il besoin de forcer à ce point l'image ? Pour le moins, Oliver Stone n'a pas fait dans la sobriété et on s'aperçoit qu'il est aujourd'hui très loin de "Platoon" qui lui avait valu les honneurs du public. Aucun des personnages de ce film n'est convaincant, même le bébé…


Répondre

De bouba, le 30 juillet 2002 à 11:13

Ce film est tres réaliste et montre bien la haine d'un soldat.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version haut débit

Page générée en 0.0025 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter