Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Scénario original, traitement plus banal


De Steve Mcqueen, le 27 mai à 16:48
Note du film : 4/6

Et bien en ce qui me concerne, nulle déception après une nouvelle vision de Chromosome 3, à peu près de 15 ans après l'avoir vu pour la première fois.

La séquence liminaire met d'emblée le spectateur mal à l'aise, avec ce psychiatre (Oliver Reed) qui, lors d'une séance de "thérapie" bien particulière, humilie un patient en endossant le rôle de son père et en le poussant dans ses derniers retranchements, jusqu' à ce que ce dernier extériorise ses névroses par des manifestations cutanées peu ragoûtantes (des plaies et des bubons sur tout le corps). L'inconscient et les mutations de la chair : voilà les thématiques qui parcourent toute l'oeuvre de David Cronenberg et qui sont déjà travaillées au corps (si j'ose dire!) dans Chromosome 3.

Comme le note Impétueux, l'idée de départ est particulièrement originale, et pour ma part je ne me suis pas ennuyé pendant la première partie du film. La mise en scène froide et chirurgicale du cinéaste est implacable : il filme des décors quotidiens (des maisons aux intérieurs impersonnels, une école) comme hantés par une sourde menace, comme si la mort pouvait surgir de la façon la plus soudaine et impromptue qui soit. Sous la surface glacée des image semble roder un malaise diffus, difficile à mettre en mots.

L'ambiguïté sur les motivations du psychiatre est soigneusement entretenue, et la fin du film qui bascule dans l'horreur pure (avec un rôle gratiné pour Samantha Eggar, magistrale et effrayante) fait froid dans le dos. Quant au faux happy end, pour ma part je trouve qu'il fait son petit effet.

Un film qui distille un malaise perdurant bien après la fin du générique.


Répondre

De Impétueux, le 22 juillet 2015 à 19:51
Note du film : 2/6

L'idée initiale est aussi originale qu'intéressante : un psychiatre parvient à instituer pour ses malades un traitement révolutionnaire où les pulsions s'expriment littéralement par la transformation de leurs corps ou, plus exactement, par l'expulsion des fantasmes, obsessions, horreurs diverses qu'ils recèlent par des sortes de monstruosités qui les délivrent. Ça n'a rien de délicieux, évidemment, et les rangées d'ecchymoses, de ganglions, d'ulcères immondes développées laissent à songer : le psychiatre est-il un de ces savants fous, dont la littérature et le cinéma ont fait grand usage depuis Frankenstein, un démiurge dépassé par les événements ou un héros inquiet du progrès, qui a trouvé une formule formidable, mais encore imparfaite pour venir à bout des psychoses ? Chromosome 3 laisse ouverte la porte…

Partant d'aussi séduisantes prémisses, le film de David Cronenberg paraît tout de même un peu limité et même dépassé par l'ampleur de son propos : qu'est-ce que ça traîne, qu'est-ce que ça met du temps à entrer dans le sujet ! Pour un film aussi court (moins de 90 minutes), l'exposition, la mise en place du récit, la présentation des personnages, tout cela s'éternise au delà du raisonnable. On a envie de crier à Cronenberg qu'on a à peu près compris le sens de la thérapie utilisée par le docteur Raglan (Oliver Reed), qu'on en a perçu les incertitudes, les ambiguïtés et les risques et qu'il peut enfin commencer à raconter son histoire. Celle du couple Carveth (Art Hindle et Samantha Eggar), lui sain, elle folle et de leur fille Candice (Cindy Hinds). Il y a là de lourds secrets profondément enfouis, des hontes dissimulées, des saletés et des vices cachés. Rien de très original, en soi, mais une atmosphère intéressante.

Seulement, de l’incertitude initiale, de la lenteur prise pour poser le sujet, on passe ensuite à une sorte d'insignifiante conclusion, élaborée autour de banales séquences à peine horrifiques ; on se croirait presque dans un de ces films à recettes faciles où des poupées déchaînées se jettent furieusement sur des êtres humains pour les tuer (du type Chucky). Et la fin, type du faux happy end (où la dernière image dément l'irénique impression que tout s'est terminé au mieux) est d'une grande bêtise.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.025 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter