Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Pom Pom Galli


De DelaNuit, le 20 décembre 2017 à 12:18
Note du film : 4/6

Et n'oublions pas parmi les atouts du film la présence, face au vieux routier John Wayne de l'inénarrable Lana Turner, créature de cinéma fascinante dans son artificialité, finissant par devenir touchante lorsque le vernis a craqué.

En cette année 1955, cet archétype de la femme fatale, aventurière faussement mauvaise au brushing impeccable quelles que soient les circonstances, sera donc passée – avec la même personnalité et le même jeu – des jardins du plaisir du temple antique de Bâle et Astarté (Le fils prodigue) aux palais de la Renaissance (Diane de Poitiers) puis aux Indes post-coloniales (La mousson) pour finir à bord de ce rafiot perdu sur les océans. Voilà ce qui s'appelle une fuite en avant ! Le meurtre pas sa fille de son amant gangster Johnny Stompanato dans des circonstances obscures et scandaleuses n'allait pas tarder à faire chavirer l'aura de cette déesse du septième art.

Wayne et Turner, deux monstres sacrés face à face incarnant chacun à sa manière et jusqu'à plus soif un éternel archétype aussi illusoire l'un que l'autre… mais exerçant par là même une réelle fascination sur nombre de spectateurs.


Répondre

De vincentp, le 28 novembre 2017 à 23:43
Note du film : 3/6

3,5/6. The Sea Chase (1955) est un film correct, qui présente des défauts (un scénario inconsistant, une mise en scène trop relâchée, des longueurs sur la fameuse île de "Pom Pom Galli") et des atouts : les décors intérieurs et extérieurs, les prises de vue de l'excellent directeur de la photo William H. Clothier (Le massacre de Fort apache,…) et bien sûr John Wayne. Pour initiés, amateurs du scope des années 1950. J'ai passé un bon moment…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.029 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter