Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Un coup de maître de fantaisie et d'humour


De vincentp, le 15 février 2013 à 22:57
Note du film : 6/6

C'est le premier film en tant que réalisateur seul aux commandes de Billy Wilder, qui débuta sa carrière notamment par l'écriture de scénarios pour Mitchell Leisen et Ernst Lubitsch. The Major and the Minor (1942) repose sur un scénario écrit par Billy Wilder lui-même et Charles Brackett, dosant avec brio quiproquos, éléments loufoques et graves, aspects intimes et sociaux. De nombreuses séquences sont irrésistiblement drôles, par exemple, Ray Milland tentant d'endormir Ginger Rogers en lui évoquant la légende des sept nains, qui gouverneraient les orages. D'autres instants sont très émouvants (le crescendo final, par exemple, rappelant celui de The shop around the corner). En arrière-plan de ces instants illustrant des faits de la vie plus ou moins ordinaires, une fine étude de moeurs et sociale, tournant habilement en dérision l'armée et diverses autorités.

La qualité de la mise en scène et de l'interprétation (celle des deux acteurs principaux est d'une qualité exceptionnelle), la direction d'acteurs, conjuguée avec la finesse du scénario et des dialogues confèrent sur la durée à cette oeuvre -qui n'est peut-être pas parfaite- une dimension artistique de forte envergure semblant aujourd'hui défier l'épreuve du temps. The major and the minor semble aussi aujourd'hui témoigner de la capacité qu'ont les artistes à s'élever au dessus de la mêlée parfois médiocre du quotidien, pour approcher une certaine forme de perfection.


Répondre

De ctpatant, le 15 janvier 2010 à 11:38
Note du film : 6/6

La toute première comédie vraiment réalisée par Billy Wilder, et un coup de maître de fantaisie et d'humour, qui réunit de façon totalement loufoque G Rogers et R Milland…

Le sujet est tout simple : Susan Applegate (G Rogers) est une jeune femme employée d'un Institut Esthétique new-yorkais, dont l'activité consiste à se déplacer à domicile à la demande des clients… Un soir, elle en a brusquement assez d'un boulot qui n'est guère passionnant et décide de tout plaquer pour rentrer au bercail, dans sa petite ville un peu paumée des USA… Mais arrivée à la gare de Grand Central, elle réalise soudain qu'elle n'a pas assez d'argent en poche pour un billet plein tarif….

Constatant qu'une autre passagère demande un demi tarif pour sa fille âgée d'une dizaine d'années, elle a soudain l'idée farfelue de tenter le tout pour le tout en se déguisant en gamine de 12 ans… et hop, la voilà dans un train, essayant d'abord d'échapper à la perspicacité des contrôleurs… S'ensuivront, évidemment toute une série de situations rocambolesques, et notamment sa rencontre incongrue, dans ce même train, avec un jeune lieutenant instructeur (Ray Milland ) qui rejoint l'École Militaire dans laquelle il enseigne à une ribambelle d'apprentis militaires, adolescents très impatients d'en découdre avec les filles !…. Le titre original "The Major and the Minor" rend à mon sens bien mieux compte d'un des aspects très amusants du film, et qui met en valeur ce talent particulier qu'a toujours eu Wilder pour brouiller les pistes, et manier très habilement "l'inversion"… petit à petit décontenancé par l'attirance qu'il ressent pour cette gamine, c'est plutôt lui, le lieutenant (The Major) qui retombe en enfance, et elle qui sous son déguisement d'enfant fait preuve d'une maturité forcément un peu déplacée dans un collège militaire peuplé d'ados en plein âge ingrat…

On s'amuse également à retrouver dans ce petit chef-d’œuvre tous les ingrédients qui feront "la Wilder/Touch" que ce soit l'usage du travestissement (Some like it hot) que le romanesque poétique propre à l'intrigue amoureuse, subtilement distillé plus tard dans "Sabrina" ou "Avanti"… Comme toujours Wilder allie le divertissement au charme, à la poésie… sans oublier cette note de nostalgie propre à "l'enfance" qui s'enfuit…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.013 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter