Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Encore heureux qu'il ait fait beau ...


De Nadine Mouk, le 6 août à 23:40
Note du film : 4/6

Oh ! C'est drôle, ça ! Mais que c'est drôle ! Denis Podalydes est juste à sa place dans le rôle de ce beauf marin d'eau douce qui s'imagine devenir L'aigle des mers des années 2 000. Entouré d'une famille de bras cassés, il décide de se lancer dans l'achat d'un bateau. Là, il découvre que le monde des marins n'est pas moins dénué d'arnaqueurs que celui des vendeurs d'automobiles. Puis ce seront les tentatives plus ou moins heureuses du Cap au large, vent debout et tout le tra-la-la. Il va très vite comprendre que la mer et lui ça fait deux et que La Marie-Joseph des frères Jacques prend tout son sens…Liberté Oléron, c'est comme un film catastrophe. Ça couve, ça couve…et pan ! Mais au lieu qu'une tour prenne feu ou qu'un bateau coule, c'est l'ego d'un frimeur patenté qui en prend un coup.

Et vont alors se succéder des colères plus ou moins retenues. Du sourire coincé du début du constat jusqu'à l'explosion finale. C'est vraiment hilarant ! Il ne faut pas aller chercher la mise en scène ceci, le scénario cela, les acteurs machins et l'éclairage patin-couffin. Peu importe dans l'instant. C'est comme quand on regarde Ah ! les belles bacchantes, fi de la technique. Denis Podalydes, que j'ai tant apprécié dans Versailles-rive gauche, petit bijou d'humour, n'a jamais caché l'admiration sans bornes qu'il avait pour De Funès. Liberté-Oléron serait un hommage à ce trublion de génie que je n'en serais guère surprise ! En tous cas, par moments houleux comme cet océan qui repousse sans cesse le beauf, plane sans aucun doute l'âme de De Funès qui, lui aussi, détestait la mer …Irrésistible !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0027 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter