Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Gluant de suie lyonnaise...


De Viator, le 29 mars à 14:00
Note du film : 6/6

Un peu d’histoire…

Dans le film « Un Revenant ». Film humaniste mais désillusionné sur la bourgeoisie française et la famille (« famille de Cloportes »). Ce fait divers défraya la chronique locale, secoua la bonne société lyonnaise lors de sa sortie: Ainsi lisait-on dans le Progrès du 30 septembre 1946 : « A la suite de la projection du film « Un Revenant » au gala cinématographique de Cannes, des critiques de presse assez vives ont été faites sur le sujet présent autant que sur les allusions qu’il évoque. Dans ces conditions, la fédération nationale des plus grands invalides de guerre, au profit de qui la projection de ce film devait être donnée à Lyon, le 1Er octobre, a décidé, dans un but d’apaisement et pour se tenir, comme elle en a coutume, en dehors et au dessus des querelles, de retirer son patronage à cette projection. La représentation de gala du 1er octobre du film « Un Revenant » au cinéma Le Royal n’aura donc pas lieu. ». Le film a par ailleurs rassemblé plus de trois millions de spectateurs. Cette histoire écrite par Henri Jeanson et Chavence inspira Henri Béraud dans son livre Tempête de suie.

L'Ancien cinéma "Le Royal" est l'actuel Institut Paul Bocuse au 20 place Bellecour 69002 Lyon https://salles-cinema.com/rhone-alpes/gaumont-royal-lyon

Une autre salle qui à servit aux nombreuses projections de "Connaissance du Monde" à Lyon durant des décennies, et si bien décrite par Lucien Rebatet dans "Les Deux Etendards" (Concert auquel assistent Michel, Régis et Anne-Marie, de mémoire) est bien la Salle Rameau, véritable institution lyonnaise qui vient d'être cédée par la Ville https://www.lyon.fr/actualite/patrimoine/rehabilitation-de-la-salle-rameau-la-compagnie-de-phalsbourg-laureate

Cordialement,


Répondre

De Impétueux, le 25 mars à 17:49
Note du film : 6/6

Je ne sais pas si on peut être vraiment sensible à la pesanteur vénéneuse de ce film si l’on ne connaît pas Lyon, ses brouillards d’étoupe, ses pavés luisants de pluie, ses grands appartements austères du quartier d’Ainay, ses familles à secrets, cette discrétion dans la hauteur et dans la morgue qui, quelquefois ne manque pas d’allure mais qui peut être d’une extrême cruauté. L’atmosphère d’Un revenant est aussi étouffante que celle du Thérèse Raquin de Marcel Carné, qui se passe aussi à Lyon. Et ceci bien qu’il se passe dans la bourgeoisie cossue, et non chez les petits boutiquiers avides, atterrants de mesquinerie. Mais les grands bourgeois d’Ainay sont au moins aussi crapoteux que les petits bourgeois de Monplaisir…

Mais si l’on connaît, ou si l’on a envie d’entrer dans la confidence de la plus mystérieuse des villes de France, si l’on a lu ce chef-d’œuvre immense de Lucien Rebatet, franche canaille collaborationniste, mais grand romancier, qui s’appelle Les deux étendards, si l’on est fasciné par ces histoires troubles de famille et de non-dits, on aimera ce RevenantLouis Jouvet vient saccager la bonne conscience furtive d’une bourgeoisie moralement assez sale.

Quelqu’un – la figure de l’amertume, du regret, de la vengeance – revient sur ses pas, dans la ville quittée vingt ans auparavant, après un scandale. Il aimait une jeune fille, qui l’aimait aussi, mais à peu près et qui ne lui était pas destinée. Pour s’en débarrasser, on a tiré alors sur lui, en prétextant l’effraction d’un voleur. Le gêneur, Jean-Jacques (Louis Jouvet), qui s’en est sorti, a été expulsé de la réalité sociale et du souvenir de sa presque fiancée, Geneviève (Gaby Morlay). Elle a épousé Edmond (Louis Seigner), soyeux prospère et matois, associé de Jérôme (Jean Brochard), son frère et presque assassin.

Tout est rentré dans l’ordre. Dans l’ordre immuable des bonnes affaires cossues. Et la vie normale a repris ses droits : poussière des tentures lourdes, encaustique des boiseries sombres, déjeuners du dimanche, gâteaux de foies blonds, poulardes demi-deuil et tartes aux pralines. On a bien des maîtresses, qui sans doute sont brutalement montées alors qu’on conserve son col cassé et ses fixe-chaussettes. Et ça n’est là que pour l’hygiène, le principal demeurant le négoce des soieries, le boursicotage, les alliances entre bonnes familles. C’est tout Lyon, la plus florentine des villes de France.

Les deux beaux-frères, papelards, mesquins, hypocrites sont liés par des intérêts communs, se détestent cordialement, se méprisent ; Edmond souhaite profiter d’un coup boursier hasardeux de Jérôme pour lui acheter ses parts dans la société, et Jérôme, pour se renflouer, ne songe qu’à marier son fils François (François Périer) avec une jeune fille aussi riche que laide.

Jean-Jacques qui a fondé une troupe de ballets célèbre et revient d’une longue tournée aux États-Unis va présenter ses nouvelles créations à Lyon, au Théâtre des Célestins, la grande salle de la ville. Rien de plus simple alors que de revoir ceux qui étaient ses amis, celle qui était son amour de jeunesse. Rien de plus simple que de venir lancer quelques bombes au milieu de la respectabilité inaltérable, de casser les pattes de tout ce monde.

Un revenant est un film gluant de suie lyonnaise, feutré, insidieux, désespérant. Si on s’y tuait, ce serait avec des poisons subtils, des fiels inimaginables : mais on ne s’y tue pas : on se contente de gâcher des vies, de les rendre littéralement invivables, de briser net des espérances, des enthousiasmes, des familles.

Lorsque Jean-Jacques repart pour Paris, il a brisé bien des choses ; il n’est pas pour autant réconcilié avec son passé et il sait bien que sa vie ne peut tourner qu’autour d’agréables passades, comme celle qu’il a eue un peu plus tôt avec son étoile, Karina (Ludmilla Tcherina) et surtout autour de sa compagnie. Tout au plus a-t-il espoir que François/Périer, qu’il vient d’arracher à sa famille n’ait pas été trop contaminé. Les autres, il les laisse entre eux.

La distribution du film est absolument réussie. Louis Jouvet y joue, la danse se substituant au théâtre, le rôle de directeur de troupe qui était effectivement le sien ; et ceci au point que Léo Lapara qui était, de fait, le régisseur de ses spectacles joue le même rôle dans le film sous le nom de Marchal.

On n’a pas à ajouter quoi que ce soit à sa gloire et à son génie pas davantage qu’à ceux de Marguerite Moreno qui interprète Tante Jeanne, richissime parente des affreux soyeux, qu’elle méprise avec toute sa superbe méchanceté. Louis Seigner et Jean Brochard sont aussi des acteurs magnifiques. Ludmilla Tchérina est charmante et délicieuse d’immoralité. Seul François Périer est un peu en retrait, trop chien fou et un peu trop âgé (il avait 27 ans) pour le rôle d’un gamin censé en avoir 17 ou 18.

Et la guest-star, c’est le Lyon-des-brouillards, formidablement filmé…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0040 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter