Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Critique


De Gaulhenrix, le 14 juillet 2007 à 15:12
Note du film : 6/6

Un homme nommé Fenton demande à voir le shérif pour, affirme-t-il, révéler enfin l'identité du coupable de nombreux meurtres particulièrement horribles et jamais élucidés, commis dans toute la région.

Cette première réalisation de l'acteur américain Bill Paxton (remarquable, dans le beau film de Sam Raimi, Un plan simple) est une réussite par son scénario habile et prenant, ainsi que par sa construction. En effet, le récit se déroule sur un double plan : d'une part, le personnage, Fenton, évoque devant le shérif, à travers des retours en arrière successifs, son enfance entre lui-même, son frère, Adam, et son père, coupable, selon lui, des meurtres inexpliqués car ils lui sont inspirés par des messages divins ; d'autre part, et dans les intervalles de ce rappel du passé, se noue un dialogue entre lui-même et le shérif, d'abord incrédule, puis horrifié et enfin décidé à accompagner celui qui se fait appeler Fenton en un lieu-dit, « Jardin des Roses », où seraient enfouies les restes des victimes.

Cette construction sur deux plans (passé et présent qui alternent) favorise un suspens très efficace qui, tout à la fois, horrifie (par le récit du passé) et donne une folle envie de connaître la suite (par le récit du présent). Faut-il préciser que les vingt dernières minutes du film sont proprement hallucinantes par une série de rebondissements inattendus et, surtout, par une fin ingénieuse, à effet rétroactif, qui bouleverse le point de vue du spectateur abasourdi, l'oblige à remettre totalement en question l'histoire qui lui était racontée et le laisse désemparé face aux vérités qui lui sont révélées mais qu'il ne peut pourtant pas admettre ? Les effets sonores particulièrement travaillés et les nombreuses séquences nocturnes contribuent à créer une atmosphère lugubre et dérangeante bâtie, en partie, sur la détermination d'un père (magnifiquement joué par Bill Paxton lui-même) à imposer, coûte que coûte, ses vues à celui de ses deux fils qui est réticent et qu'il veut convaincre, comme Dieu a su le convaincre lui-même. Le film installe, d'abord, un climat terriblement oppressant, avant de nous immerger, progressivement, dans l'horreur absolue. Pour un premier film, c'est un véritable coup de maître.


Répondre

De dumbledore, le 28 janvier 2003 à 00:00

Il est toujours agaçant de voir un bon film se casser la gueule au moment de conclure. C'est un peu comme un gymnaste qui se plante lors de sa sortie. Rageant car un rien aurait suffi pour que ce soit parfait. C'est le cas ici avec Emprise, première réalisation plutôt talentueuse et efficace de Bill Paxton. Le film démarre sur une construction en flash-back dont le point de départ ressemble assez à celui de Usual Suspects : un type est interrogé par la police sur une affaire criminelle qu'il raconte. Seulement, ici, le principe est encore plus accentué car dans le flash-back lui-même s'en trouvent d'autres, cassant totalement (en apparence peut-être) l'idée même de point de vue de l'histoire, puisque les flashes-back à l'intérieur du flash-back ne sont pas raconté par la même personne !!

Toute l'histoire de ce père illuminé, schizophrène, paranoïaque, qui entraîne ses deux fils dans sa folie est d'une force étonnante et Bill Paxton dans le rôle du père réussit même cette prouesse de ne pas « perdre » son personnage. Dans les pires scènes d'horreur, il reste toujours humain, touchant. L'horreur n'est pourtant jamais atténuée et à cet égard Bill Paxton a le courage d'aller jusqu'au bout de son sujet.

Toutefois, le retournement final, faisant basculer le film du genre policier au genre fantastique détruit en l'instant de quelques minutes tout l'édifice construit car il propose une morale très équivoque, puisqu'elle légitime en quelque sorte les actes meurtriers de ce père dément.

Grand film raté, certes, mais il est vrai qu'une erreur de Socrate vaut souvent mieux qu'une vérité d'écolier…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.023 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter