Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Irrésistible


De Nadine Mouk, le 20 novembre 2016 à 19:37
Note du film : 5/6

Je n'avais pas revu Fric-Frac depuis des siècles. S’il est des films qui sont des supports pour de formidables numéros d’acteurs, Fric-Frac en est l’un des plus beaux fleurons. Il réunit des acteurs au jeu particulièrement démonstratif dans des rôles où ils excellent : Arletty, combinaison de charme et de gouaille, le verbe haut, rapide dans la répartie, Fernandel en naïf, sentimental et chevaleresque, Michel Simon qui est tout à la fois derrière sa stature de faux dur bourru. Et puis, comme l'évoque Impétueux, cette charmante actrice, Hélène Robert, la délurée Arlette du Roi des resquilleurs. Elle n'a pas fait une carrière inoubliable, mais chacune de ces apparitions est toujours des plus gracieuses qui soient. Peu de gens se souviennent de son nom. Aujourd'hui, seuls les acharnés que nous sommes peuvent l'évoquer. C'est bien regrettable que des acteurs aussi sympathiques, qui ont grandement servis la soupe à leurs ainés, ne soient plus reconnus. Derrière son air pincé, elle a su fort bien s'adapter à l’humour qui repose sur le choc des cultures et les savoureux dialogues teintés d’un argot très coloré. Par instant, elle est même très émouvante en amoureuse éperdue de son Fernandel d'employé ;

-Mon père pourrait vous intéresser à son affaire…et puis vous associer…puis vous passer la main ..-
-La votre ?-
-Pourquoi pas ….- Et on se fiche éperdument qu'elle ait eu ou non des bontés pour l'envahisseur ! Ne nous érigeons pas en tribunal à une époque où le prochain président de la République se pointera avec un casier judiciaire bien chargé !

L’histoire est totalement improbable mais très amusante. Les quatre acteurs semblent prendre beaucoup de plaisir à jouer. Il est fascinant de voir qu’il ne surjouent jamais ; ils sont parfois à la limite mais ne la dépassent à aucun moment. Les dialogues fusent, l’humour est constant, il n’y a pas une seule scène faible. Fric-Frac n’est pas un "grand film", juste un petit bijou, et quel plaisir de le regarder ! Et pourtant, on dit que le tournage fut un enfer ! Bien que cela ne se ressente pas à l’écran, mais alors pas du tout, Michel Simon et Fernandel ne s’entendirent guère lors du tournage de cette œuvre et c'est un doux euphémisme : stars au sommet, les deux acteurs étaient en rivalité et le fait que Michel Simon parte souvent en improvisation ne devait rien arranger. Arletty, affirme t-on, dut fréquemment jouer les réconciliatrices et apaiser les conflits. Après Fric-Frac, Michel Simon et Fernandel ne retournèrent jamais de film ensemble. C'est la mauvaise histoire, le côté obscur du cinéma… Si ma mémoire est bonne, Fernandel avait aussi dégoûté Bourvil pendant le tournage de La cuisine au beurre. Mais ne nous attardons pas sur ces tristes anecdotes. Fric-Frac est une de ces perles dont nous nous devons de ne parler qu'en bien. La mémoire collective étant déjà bien mal en point ….


Répondre

De Impétueux, le 11 janvier 2010 à 19:11
Note du film : 5/6

A qui me pose la question ou fait l'observation, de ces actrices disparues avec la Libération, c'est bien simple : outre que les étoiles de première magnitude, comme le fut Arletty ne subissaient pas tout à fait le même sort que les satellites plus obscurs, il faut bien constater que de très nombreux acteurs ont vu leur carrière cassée en 1944, à tort, que, pour la plupart, ils se soient contentés de voir venir ou que, pour leur malheur, ils aient été un peu plus actifs…

Dans la deuxième catégorie, on va évidemment placer le malheureux Robert Le Vigan, mais aussi la pauvre Mireille Balin, qui avait un amant autrichien et qui fut violée, lors de sa fuite, par des Résistants de la Onzième heure et demie.

Dans la première, outre Sacha Guitry, on classera Viviane Romance, qui fut inquiétée à la Libération, mais relâchée avec des excuses…

A part ceux qui avaient quitté la France (Jean Gabin ou Michèle Morgan, par exemple), je ne vois guère que Danielle Darrieux, qui fut pourtant du si malencontreux voyage à Berlin de 1942 pour être passée entre les gouttes…

Voilà qui n'est pas (du tout !) une liste exhaustive… Disons que, pour bon nombre de vedettes, l'Après-Guerre fut moins brillante que les années d'auparavant (trouvez moi un film où Arletty, Viviane RomanceAlbert Préjean ont été en première ligne de l'affiche après 45…)


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.039 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter