Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Vote


De vincentp, le 22 mars 2012 à 20:37
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Blow-up, Identification d'une femme, L'affaire Mattéi, Le christ s'est arrêté à Eboli, La nuit : autant de films qui figurent dans ma liste de films préférés. J'ajouterais Nostalghia parmi ses grandes réussites. Voilà typiquement un collaborateur de l'ombre sur lequel des réalisateurs peuvent s'appuyer. Ce que je retiendrais de Guerra (je reste modeste à ce sujet, ne le connaissant que très peu) : une capacité à bâtir des scénarios à la fois ambitieux et accessibles, une capacité à s'adapter aux caractéristiques des univers des metteurs en scène avec qui il aura collaboré. Quelle carrière sur près de quarante ans !


Répondre

De Citizen Dave, le 5 septembre 2006 à 16:04
Note du film : 6/6

Un film bourré d'humour, bien que l'ombre du fascisme y soit présente??? M'enfin, comment critiquer le fascisme dans un film sans qu'il y soit présent. Le film n'est pas du tout nostalgique comme on l'entend dire parfois. En fait, Fellini-Roma et Amarcord sont tous les deux des films très critiques sur le fascisme et l'impossibilité des gens à l'observer avec l'introspection lucide nécessaire, et la difficulté à s'observer avec son bagage historique compliqué aux zones d'ombre (le passé des italiens nés en 1920 en l'occurrence).

Dans Fellini-Roma, il faut voir les contrepoints d'un présent du film, le début des 70's, avec les années trente ou même la Rome impériale évoquée solennellement par les profs, pontes, politiciens, etc.

Certes, on a une certaine sympathie inévitable pour les personnages d'Amarcord, mais les saynètes sont en tous les cas décapantes. Quand les gens vont voir le Rex dit la plus belle construction du régime et où on parle de "podesta" ou je ne sais plus exactement, on a une mise en abîme de leur aliénation dans un sac poubelle, ce que signifie des vagues de sacs poubelles justement, procédé que reprendra Fellini par la suite (son Casanova, etc.).

En fait, la satire prend un ton d'autoédérision car il s'agit de faire admettre aux gens ce qu'ils sont, ils doivent accepter le bagage de leur passé en tous les cas. Mais ceci n'empêche pas la ressaisie lucide. le film finit sur un terrain vague de tous les échecs où la Gradisca (servez-vous) se marie à un carabinieri Cary Grant qui est image du régime pervers qui se perdra dans la tourmente de 40-45.

Dans Fellini-Roma, une certaine critique du passé fasciste et des mauvaises glorioles impériales ressassées est associée à une vigilance critique à l'égard du temps présent, et en même temps on a une illustration de la compromission humaine avec les scènes de bordels, d'ailleurs multipliées: putes dans la rue, bordels de paumés et bordels de luxe. Et il faut voir le contrepoint évident entre les bordels et l'amour libre des hippies comme l'espèce de comapraison entre les hippies s'aimant et la fresque qui disparaît dans les sous-sols du métro romain, soufflé par la pénétration de l'air.

Un film de fellini doit se regarder en état de vigilance critique et d'acceptation du chaos de la vie sous peine de ne pas être bien compréhensible. c'est le cas de huit et demi, Juliette des esprits, Fellini-Roma, Amarcord, Le Casanova de fellini et d'autres encore. Il y a beaucoup de points de vue qui se dérobent dans les films de Fellini.

Le Casanova de fellini n'est pas un film érotique fellinien, mais une satire de l'ego casanoviste. Mais, rebondissement, cette satire n'est pas celle d'un personnage étranger à Fellini et la connaissance de soi du cinéaste résonne entière dans ce film. de là de nombreuses scènes en écho avec d'autres films de fellini, toujours et encore.

Amarcord est évidemment particulièrement attendrissant et cela restera.


Répondre
Tonino Guerra, scénariste (1920-2012)


De Arca1943, le 22 mars 2012 à 13:10
Note du film : 6/6

Il venait de fêter son quatre-vingt-douzième anniversaire (16 mars).

Et si je ne me trompe pas, parmi cette spectaculaire floppée de scénaristes de la génération qui, pour le dire symboliquement, « a eu 20 ans le 8 septembre 1943 », il aura été le dernier à partir : Furio Scarpelli, Suso Cecchi d'Amico, Ugo Pirro nous ayant quittés récemment.

Quelle carrière que celle du scénariste et poète Tonino Guerra !

Voici par exemple un des derniers De Santis, La Route d'une année, et les deux premiers Petri, L'Assassin et Les Jours comptés. Aussi collaborateur régulier d'Antonioni dans les années 60 (La Nuit, L'Éclipse, Blow-Up, etc) puis de Francesco Rosi à partir des années 1970 (L'Affaire Mattei, Cadavres Exquis, Trois frères, etc). Films très sérieux, dans un cas comme dans l'autre ? C'est vrai, mais voici deux comédies, Casanova '70 de Monicelli et Fantômes à l'italienne de Castellani; et tiens, deux Fellini, Amarcord et Ginger et Fred (tous les deux moins "éclatés" que d'autres, ceci explique peut-être cela). Et comme on n'est pas un scénariste italien à part entière sans eux, voici un peplum, I grandi condottieri, ah mais ! Et un thriller français, Un Papillon sur l'épaule. Sans oublier les Taviani, avec La Nuit de San Lorenzo et Kaos. Et il y a ces fameux Angelopoulos dont on me dit le plus grand bien, mais je ne les ai pas vus. Monsieur Guerra a même croisé la route des rarissimes Vittorio de Seta et Joanna Shimkus (L'invitée).

Et le cinéma d'animation, demanderez-vous ? Eh bien voici Le Chien, le général et les oiseaux. Il semble toutefois que Tonino Guerra n'ait, par contre, scénarisé aucun western, mais bon, nessuno è perfetto !

Merci monsieur Guerra, pour services rendus !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.047 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter