Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Ce n'est pas parce que...


De lych666, le 17 mai 2006 à 09:50
Note du film : 5/6

Xavier Beauvois a joué dans Le jour et la nuit, Nanard ultime selon Verdun (Que je n'ai pas vu à mon grand dam!) Qu'il faut boycotter les films de ce réalisateur.

Je me souviens du documentaire "La peine perdue de Jean Eustache" dans lequel ce dernier optait pour un retour en arrière du cinéma.

Dans beaucoup de messages des habitués de DVDtoile, j'ai ressenti récemment une sorte de pessimisme vis à vis du cinéma français contemporain voulant copier les américains (ce qui se vérifie en effet avec toutes les productions Besson et autres série B franchouillardes comme Gomez et Tavares).

Heureusement, il nous reste quelques vrais artistes tels que Jacques Audiard, Michael Haneke, Philippe Garrel et donc Xavier Beauvois pour soutenir et alimenter le genre dramatique sans effets spéciaux grossiers du type clip R&B et Rap clinquant.

N'oublie pas que tu vas mourir est le genre de film que l'on a pas forcément envie de regarder lorsqu'on lit le résumé: Un homme apprend qu'il est séropositif et décide d'agir en conséquence.

Je m'étais promis de visionner ce film après avoir passé mon test (négatif heureusement) et je pense que c'est un grand film.

Xavier Beauvois a une touche réaliste impressionnante et atteint le spectateur devant comme derrière la caméra:

  • Mouvements et placements subtils de l'objectif suggérant la présence du personnage dans l'intrigue, son rapport à autrui et à lui même.
  • Utilisation très simple de plans souvent improvisés qui fonctionnent inconsciemment comme dans Nord, son premier long métrage (à voir également).
  • Jeu d'acteur sobre et convaincant.

En général, je préfère voir une comédie plutôt qu'un drame (de qualité égale pour l'humeur qui suit la fin du film), mais n'oublie pas que tu vas mourir n'est pas dénué de scènes humoristiques efficaces (notamment une avec Roschdy Zem en camé explicant la façon optimale pour fumer de la cocaine), d'autant plus drôles qu'elles sont en contraste avec le ton général du film et relèvent la réalité des sujets traités qui auraient pu être étouffés par un tragique trop poussé pour être honnête (ce qui n'est pas le cas dans ce film).

Xavier Beauvois ne fait pas dans la dépression éxagérée (sans pour autant vouloir blâmer Philadelphia avec Tom Hanks), il est vrai, tout simplement, et si vous ne l'avez pas encore vu, je ne saurais quoi dire de plus pour vous le conseiller sans non plus vous gâcher l'effet de surprise.

Ah! J'oubliais, la BO de John Cale colle parfaitement à l'atmosphère du film.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.034 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter