Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Esprit de Paris


De Impétueux, le 6 août 2011 à 23:32
Note du film : 4/6

Même si c'est plein de merveilles de drôlerie et d'esprit, même si la distribution est invraisemblablement nombreuse et éclatante (que les amateurs s'amusent, ici et là, à reconnaître, jouant des séquences de quelques secondes, des actrices et acteurs célèbres, – Danielle Darrieux, Françoise Arnoul, Odette Joyeux ou Julien Carette), même si c'est un beau, noble, émouvant film d'amour pour Paris et pour la France – les plus grandes et véridiques amours de Sacha Guitry -, ça n'atteint pas, et de loin, le niveau de Si Versailles m'était conté.

Sans doute parce qu'à vouloir trop embrasser, Guitry étreint mal ; l'histoire de Versailles, déjà plus limitée dans le temps, est celle d'un château, d'une demeure. Si grand qu'il est, le plus beau palais du monde offre des bornes, des limites, un cadre. Mais Paris !

Vouloir faire l'histoire de Paris, c'est faire l'histoire de l'esprit de Paris ; c'est d'ailleurs à peu près ce que dit Guitry, qui place dans la bouche de Rose Bertin, la plus délicieuse modiste et couturière du 18ème siècle, très bien interprétée, comme de coutume, par l'excellente Sophie Desmarets, qui naquit à Saint-Flour Être de Paris, ce n'est pas y naître, c'est y renaître, ce n'est pas fatalement y avoir vu le jour, c'est y voir clair. Mais l'ampleur du propos, son caractère un peu abstrait, et peu compréhensible aux malheureux qui n'y vivent pas rend difficile d'égaler le parfait succès de Si Versailles.

En d'autres termes, ça part un peu dans tous les sens, au fil d'un récit sans logique temporelle, ça saute allègrement les siècles et enjambe la chronologie ; ce n'est pas vraiment gênant, puisque c'est annoncé tel et que Guitry se soucie, moins encore là qu'ailleurs, de la rectitude un peu pionne des livres d'histoire. Après tout qu'en quelques secondes on passe de la genèse (Paris commença de la façon suivante: c'était une île qui affectait un peu la forme d'un bateau) et de quelques images pompeuses (Sainte Geneviève sauvant la ville des Huns) à la rogne de quelques citadins grognant contre l'occupation anglaise et attendant l'intervention miraculeuse de Jeanne d'Arc, qu'on suive, en vers libres et sonores, les aventures de quelques uns de nos grands Rois et de nos profonds politiques (Louis XI, François Ier, Richelieu) en les mêlant à des histoires galantes (Agnès Sorel – Danielle Darrieux -, Gabrielle d'Estrées – Michelle Morgan -) ou drôlatiques (les évasions multiples de Latude), c'est même très bien ; on y retrouve quelquefois la fantaisie de Remontons les Champs-Elysées, mais, je le redis, ça manque de structure. Et ce ne sont pas les apparitions, en trouvère sans voix de ma tête de Turc habituelle, le niaiseux Gérard Philipe qui me feront changer d'avis là-dessus.

Et puis ça souffre d'être trop filmé en studio, avec de trop rares images de ce Paris qui est censé être célébré…

Quelques émerveillements qu'un film présenté à un grand public en 1955 ait pu évoquer, sans développer (ou mettre un carton d'information), Commynes, Diderot, Montesquieu, Chamfort, Rivarol, Fontenelle, ait pu, sans même en citer la source, mais en étant certain que tout le monde le reconnaîtrait, et reconstituer en une image élégante, autour de Renée Saint-Cyr le célèbre tableau de Winterhalter, L'Impératrice Eugénie et les dames de sa cour dit assez la décadence actuelle de l'instruction publique.

Belles séquences aussi, de l'innommable procès de Marie-Antoinette et des propos des buveurs de sang (Il faut la dépecer en quatre-vingt trois morceaux pour en envoyer aux quatre-vingt trois départements) et de la dignité de la Reine, extrêmement bien interprétée par Lana Marconi, ultime épouse de Guitry.

Pour un film de deux heures, c'est un peu juste…


Répondre

De gilou40, le 21 mars 2011 à 14:10
Note du film : 4/6

Une allergie à Gérard Philipe et de tout temps, même quand, à neuf ans, je le voyais dans un film qui m'éblouissait, Si Paris nous était conté, de Sacha Guitry, où il jouait un trouvère bien mièvre. Impétueux (Sur le fil du Le diable au corps).

Et le trouvère aussi mièvre soit-il évoquait, dénonçait déjà les "sans logis"… Et on se rend compte qu'il n'était pas plus écouté que les trouvères d'aujourd'hui, moins élégants, plus hirsutes, plus politisés, et tant médiatisés pourtant. Et Si Paris n'avait pas changé  ? Si ce peuple ne s'était débarrassé que de quelques perruques ridicules, de quelques habits par trop voyants et trompeurs, de quelques couronnes et leurs privilèges, et s'était rabattu sur une république trop lourde à porter ?..."-Hors de Paris, point de salut pour les honnêtes gens-". Paris est-il toujours aussi honnête ? Et si Guitry nous avait conté, avec son talent habituel, une bien vilaine histoire à travers un siècle de lumières qui ont tant vacillé sous le poids de l'histoire jusqu'à s'éteindre aujourd'hui ? Même Paul Fort, sur la butte, bien des lustres après, espérait encore que si tous les gars du monde voulaient se donner la main…On a pas cette réflexion là dans un monde qui a évolué. Ce film ne raconte pas "Paris" mais la légende qu'on lui a imposé. Mais que ne fait on pas avec du talent. Je suis emballée à chaque fois. Il est des mensonges dans lesquels on aime à se complaire… Guitry ! Guitry !.

0h30, Cinéma de minuit, Si Paris nous était conté


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.019 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter