Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Génial et moderne !


De vincentp, le 26 novembre à 22:03
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Revu en salle, copie numérique de qualité, son optimal : Sorcerer, quarante ans après sa sortie ratée en salles, prend sa revanche sur Star Wars ! Ce film de Friedkin est extrêmement réussi, et vieillit particulièrement bien (on le croirait réalisé en 2017). Thématique centrale : l'esprit de corps de quatre malfrats, qui permet à l'un d'entre eux de s'en sortir, mais au-delà de cette simple thématique, se dégage un portait très réussi du monde contemporain. L'originalité du traitement du sujet, la maîtrise technique de forme, font toute la valeur de Le convoi de la peur. Il faut certes aimer le style coup de poing de Friedkin (un cousinage avec celui à venir de Michael Mann ne serait-ce que pour la musique de Tangerine Dream). Et notre Bruno Cremer national est vraiment impressionnant. Ce simple rôle lui assure une place de premier choix dans le panthéon des acteurs.


Répondre

De vincentp, le 30 décembre 2015 à 21:22
Note du film : Chef-d'Oeuvre


Revu en blu-ray dans des conditions de visualisation optimales. L'image restaurée est de toute beauté : on croirait que Sorcerer réalisé en 1977 nous est contemporain, avec ses couleurs pétaradantes. Impossible de faire mieux en la matière… On peut estimer que le sujet du film s'égare dans différentes directions, on peut ne pas apprécier le style souvent coup de poing de Friedkin, on peut s'interroger sur la cohérence de la vision de la mondialisation qui nous est proposée, on peut juger que Sorcerer n'atteint pas la plénitude d’œuvres qui lui sont contemporaines comme Delivrance ou Deer Hunter. Possible, mais j'ai été pour ma part été fasciné et impressionné ! Fasciné par l'ambition démesurée de cette oeuvre. Impressionné par la qualité de la mise en scène et de la photo.

Quelle photographie de la jungle ! Quelle tension dramatique (les deux heures passent à toute vitesse) ! Les personnages sont introduits par des plans courts, au sein de leur environnement social, professionnel. Les séquences au sein du restaurant parisien ou du bureau, très élaborées, avec Cremer, Bidaut, Jacques François sonnent authentique. Les séquences plus longues et de forte intensité physique qui rythment la seconde partie du récit montrent des aspects cachés de ces personnages et leur confèrent une forte consistance. Comme souvent dans le cinéma américain, des idées passent par des images, avec des dialogues minimalistes. Les acteurs sont excellents, Bruno Cremer est fantastique. Bravo à notre éditeur hexagonal Wildside pour cette réédition magnifique.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.019 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter