Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Ca pue, une ville, la nuit..


De Tamatoa, le 19 avril 2012 à 00:22
Note du film : 1/6

Alors bien sur, on se souvient des larmes de Romane Bohringer, césarisée pour son rôle dans ces Nuits fauves, remerciant en s'adressant au ciel, un Cyril Collard parti très jeune, emporté par le sida. Le pauvre n'eut pas le temps de savourer le triomphe de son film et de sa protégée. Alors bien sur, nous avons tristement déploré la perte de ce jeune cinéaste,une des premières victime de ce mal assassin qui allait foudroyer bien d'autres hommes et changer toute la beauté et la fraicheur du sexe "en toute liberté". Alors bien sur, nous avons du également essuyer tout le ramdam, la farandole fait autour de ce film et de la perte de ce gamin, disez t' on, si prometteur. Qu' il repose en paix.

Mais quoi ? Tout ce bataclan pour un film de cul ? Car il ne s'agit de rien d'autre ! Pervers, bien crade, écoeurant ! Une pâle histoire d'homosexuel qui se cherche et qui pratique le "barebacking" (Sidaiques (ou sidéens) pratiquant les rapports non protégés) en tout connaissance de cause !. Ce film est une propagande pour le crime ! Et perso, j'ai eu envie de dégueuler jusqu'à la fin ! Une propagande honteuse et manichéenne sous le couvert d'une histoire qui part dans tous les sens. Vague, mal foutue, désorientée. Le metteur en scène "prometteur", outre une bonne rouste pour lui apprendre les manières, avait besoin aussi de prendre des cours de cinéma ! Je n'ai aucune animosité envers les homosexuels bien que ne les fréquentant que de loin. Mais deux heures à se tripoter sous une caméra pour faire entendre leur cause et dénoncer une maladie qu'ils ont largement contribué à disséminer, ça me semble un peu beaucoup ! Il n'a su merveilleusement filmer qu'une seule chose, Collard : Les seins absolument sublimes de Romane Bohringer, (21 ans dans le film) et sur lesquels il aurait mieux fait de s'attarder. Une image inoubliable ! Pour le reste, c'est du minable, du misérable et du très dangereux ! Il a d'ailleurs, hélas, fait des émules le gars Collard… Du pauvre tripatouillage de folles éhontées, ca passe encore. Mais ce genre de carnage organisé passant par le sexe avec un arrière goût d'intellectualisation de la chose, c'est à gerber ! ! Tant qu'au Cyril Collard se la jouant Rayon vert à la Eric Rohmer devant un coucher de soleil, comme pour adoucir toutes ses saloperies, ce serait à hurler de rire si on avait pas la nausée tenace devant cet amas de saletés infâmantes !

Et je me pose la question : Les organisateurs de la cérémonie des Césars ont' ils eu conscience de ce qu'ils faisaient en césarisant ce film ? En se prêtant à cet assassinat collectif ? Est ce que tout celà à un sens ? On veut récompenser un film de cul ? Alors césarisons Marc Dorcel !

Ce n'est pas un cinéaste, certes. Mais il est tout sauf malsain !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.024 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter