Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Un film magnifique de Roberto Rossellini


De vincentp, le 10 juin 2016 à 22:05
Note du film : 5/6

Les explications d'une vingtaine de minutes de Jean Gili (en bonus du dvd), sans doute bien informé après recherches et croisements de témoignages, laissent à penser que la première partie est l'oeuvre conjointe en terme de réalisation de de Santis et de Rossellini, avec des scènes complémentaires tournées par Pagliero. La seconde partie du film aurait été tournée par Pagliero à l'automne 1945. Cette seconde partie est nettement moins réussie que la première, de mon point de vue (mélodrame daté). A mon sens, ce sont les vingt cinq premières minutes qui sont les plus réussies, esthétiquement magnifiques, impeccablement dialoguées, filmées et mises en musique. La marque de Rossellini y est évidente. J'ai du mal à croire qu'il se soit reposé sur de Santis autant que Gili l'affirme. Le coup de maître de Rossellini via Rome ville ouverte provient très logiquement de cet apprentissage réalisé au cours de la première moitié des années 1940.

Une chronique sur ce film Desiderio, bien argumentée, est accessible via le lien ci-dessous. Elle rejoint mon avis.

http://www.avoir-alire.com/la-proie-du-d(..)


Répondre

De vincentp, le 9 juin 2016 à 13:16
Note du film : 5/6

Avec le recul, il me semble que la clé du cinéma de Roberto Rossellini réside dans le fait d'utiliser chaque seconde du récit pour apporter un élément complémentaire, visuel ou auditif, ce qui confère à l'oeuvre un aspect vivant, organique, en mouvement perpétuel. La musique de Renzo, frère de Roberto, particulièrement sophistiquée dans La proie du désir, joue un rôle essentiel, soulignant, amplifiant les images et les dialogues. C'est évident dès les premières minutes. Sans musique, le film n'a pas la même puissance.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0021 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter